Pour un(e) entrepreneur(e), faire croître son entreprise est une phase très exaltante mais les défis à relever sont importants. Parmi ceux-ci figurent la capacité de bien présenter vos demandes de financement. En affaire, l’argent représente le nerf de la guerre. Sans argent ou liquidités, une entreprise s’essouffle très vite, ne va pas bien loin et peut même mourir ! En tant qu’entrepreneur, votre objectif est donc d’avoir toujours des liquidités ou encore l’argent nécessaire pour assurer la croissance de votre entreprise, son décollage ou simplement sa survie. Il est donc capital de toujours bien veiller à son flux de trésorerie afin de mieux anticiper ses besoins en matière de demandes de financement.

Par exemple, en démarrage, il est très important de ne pas consommer votre apport monétaire représentant une équité ou levier financier qui peut s’avérer très utile lors de votre première demande de financement. Rappelez-vous cet adage : « C’est quand on a de l’argent qu’il faut aller chercher de l’argent« . C’est une vérité paradoxale mais essentielle à considérer lorsque vous cherchez du financement !

Dans toutes demandes de financement, il est fondamental de se mettre dans la tête d’un banquier ou d’un prêteur. Celui-ci aura besoin de savoir quel usage vous ferez des fonds, quand et comment vous rembourserez votre prêt et validera quels sont les biens (équipement, immeubles ou biens personnels) que vous offrirez en garantie.

Parmi les documents qui seront analysés par votre prêteur, il y aura immanquablement la présentation des états financiers. Si votre entreprise est en démarrage, un plan d’affaire remplacera les états financiers. Soyez conscient(e) néanmoins que tant que votre entreprise n’aura pas 2 ans d’opération, il sera plus difficile d’obtenir du financement. Plus difficile ne signifie pas impossible ! C’est là que vous appuyer sur un expert en financement pourra se réléver très important dans vos démarches.

Une fois que votre entreprise aura une certaine maturité (+ de 2 ans), vos États financiers seront une pièce maitresse dans toutes demandes de financement. Rappelons qu’un état financier est un document produit par votre comptable externe résumant le bilan financier de votre année fiscale qui se termine généralement à la fin d’un mois calendaire. Les états financiers sont le plus souvent émis sous forme d’avis au lecteur, de mission d’examen ou encore de vérification.

Un financement au-delà de 500 000$ exigera probablement la production d’états financiers sous la forme de mission d’examen. Là encore, la meilleure stratégie consiste à vous faire accompagner par d’un spécialiste en financement qui aura la capacité de vous aiguiller sur les meilleures options.

Les états financiers sont essentiels pour toutes demandes de financement car ils sont une représentation de la santé financière de l’entreprise à chaque fin d’exercice. Toutefois, plus vous vous situerez loin de votre fin d’exercice et plus, les institutions financières vous demanderont de produire des états financiers « maison », représentant la santé financière d’un trimestre ou encore d’un semestre. Ces états financiers font offices de bulletins de santé de votre entreprise.

En plus des états financiers, votre prêteur pourra aussi vous demander de présenter votre bilan personnel afin de connaître votre valeur nette, le compte des recevables, la liste de vos clients et/ou tout autre document nécessaire à son analyse. Son objectif sera d’évaluer la capacité de remboursement qu’aura votre entreprise ainsi que, si cela est nécessaire, votre propre capacité d’injection de liquidités dans votre compagnie.

Au-delà des documents que vous fournirez, une bonne communication dans toutes vos démarches sera la clef du succès ! Rappelez-vous qu’un banquier ne parle pas la même langue que vous ! Son réflexe naturel sera de laisser parler les chiffres avant toutes autres considérations. Même votre joli sourire ne pourra pas cacher un manquement de gestion financière.

Sachez aussi que vous aurez toujours intérêt, avant de vous lancer dans l’aventure, de bâtir une stratégie de financement qui soit « plurielle » c’est-à-dire qui fasse intervenir plus qu’un prêteur. Ainsi, un prêteur aimera toujours se faire épauler par un ou deux prêteurs de plus afin de limiter son risque. Prenons un exemple : Imaginez que vous vouliez obtenir 100 000$ de financement. Dans ce cas, il sera toujours plus judicieux de fragmenter votre demande de 100k en deux ou trois prêts (30k+60K+10k par ex.) et de frapper à plusieurs portes plutôt que d’y aller avec une seule institution financière. En faisant ainsi vous maximiserez vos chances de succès !

Dans toutes demandes de financement, MONCFO.COM saura vous accompagner pour bâtir une solide stratégie de financement et défendre votre dossier auprès des institutions financières.